"Je suis retournée plusieurs fois à la Cité, j’y ai retrouvé l’atmosphère cosmopolite..." | témoignage de Véronique ARNAULT, alumna de la Fondation Biermans Lapôtre

Sep 30, 2020

Les 4 années passées à la Cité internationale comptent parmi les meilleurs moments, non seulement de ma vie étudiante mais de ma vie tout court.

Découverte pour une provinciale de la diversité du monde avec des maisons et des étudiants de tous les pays quand il n’était pas si facile ou évident comme maintenant de voyager. Initiation aux questions politiques avec des réfugiés chiliens ; querelles libanaises, manifestations liées à la révolution iranienne, découverte du Maroc autour de thés à la menthe.

Et mon refuge après les journées passées à Sciences Pô Paris où j’adorais les études mais où je me sentais socialement comme un vilain petit canard. J’arrivais à la Cité comme dans un autre monde, qui ne me jugeait pas, où j’étais comme les autres, vraiment un monde accueillant.

Monde de discussions passionnantes, politiques ou non (ma compagne assignée de chambrée à la maison des IAA appartenait à l’un des deux groupes trotskistes de l’époque !), des expériences aussi entre les petits déjeuners dont j’avais, avec des copains, pris l’initiative à la Biermans Lapôtre, le dimanche les brunches à la maison Suisse ou les buffets de la maison des étudiants asiatiques, les soirées endiablées de rock and roll le soir pour relâcher la pression des études après des heures passées dans le silence de la bibliothèque de la CIUP, les soirées cinéclub à la Maison internationale. Une vie passionnante et la solitude que si on la choisissait!

Je suis retournée plusieurs fois à la Cité, j’ai retrouvé l’atmosphère cosmopolite mais j’ai été surprise par les mesures de sécurité : à mon époque, il y avait un concierge mais on ne devait pas montrer patte blanche à l’entrée des maisons, il n’y avait pas de patrouilles dans le parc qui n’était d’ailleurs pas un lieu public mais extraterritorial en quelque sorte. La police ne pouvait y pénétrer sans autorisation. Et bien sûr, certaines maisons ont été ré ouvertes, tant mieux, comme la maison de la Grèce, fermée à l’époque des colonels. Et il y a de nombreux candidats pour en construire d’autres. J’espère que l’esprit ouvert, libre, humaniste de la Cité ne sera pas mis en cause.

J’ai donc été très heureuse d’une reprise de contact avec ses anciens par la Cité internationale il y a 7 ans et de la possibilité de remercier un peu pour la chance que j’ai eue. J’ai toujours travaillé dans la fonction publique, française puis européenne, par sens aigu du service à la collectivité. Faites aux autres ce que vous voudriez qu’on vous fasse ! Je suis heureuse qu’un réseau se soit constitué professionnellement, il y a tellement d’anciens de la Cité partout, parfois à des niveaux d’influence et j’aimerais retrouver les deux Mexicains, Sergio El Mago, et Sergio aux longs cheveux  noirs grâce à qui j’ai beaucoup progressé en espagnol ou Alexandra, la Néerlandaise avec qui je faisais des cours de danse mexicaine.

Le programme de bourses m’a enthousiasmée aussi par la possibilité de contacts avec des jeunes intéressants et motivés, sélectionnés par leur Maison. Nous avons un grand plaisir à les accueillir le week-end, de leur donner une initiation à l’Union européenne, notre passion à moi et à Jim, mon mari, qui a aussi passé quelques années à la cité. Nous sommes impressionnés par leur maturité, leur intérêt à apprendre et échanger. Nous nous sentons rajeunir et valorisés par leur intérêt. Nous pouvons avoir de grandes discussions sur l’état du monde ! Nous sommes d’ailleurs restés en contact avec certains d’eux qui viennent de temps à autre comme dans une famille d’adoption et qui peuvent ponctuellement nous demander conseil ou recommandations, ce qui nous fait très plaisir. Et puis accompagner l’un d’eux dans son périple dans les montagnes de son pays d’origine, l’Azerbaïdjan, dans le cadre de ses recherches linguistiques, quelle expérience inoubliable ! Prochaine étape, la Sibérie peut-être !

 

Témoignage de Véronique ARNAULT, alumna de la Fondation Biermans Lapôtre, Directrice chargée des droits de l'homme et de la démocratie au sein du Service européen pour l'action extérieure (SEAE) 


Other news